D'aucuns m'invitent a posteriori et dans une correspondance par courriel à «avoir distingué la paille et le grain». Je tique... Certainement parce que pour un lecteur des Évangiles, terreau incontournable de sa culture judéo-chrétienne, l'expression «Séparer le bon grain de l'ivraie» sonnerait plus juste...

Revenons donc aux sources:

«Il leur proposa une autre parabole, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ.
Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l'ivraie parmi le blé, et s'en alla.
Lorsque l'herbe eut poussé et donné du fruit, l'ivraie parut aussi.
Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire: Seigneur, n'as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie ?
Il leur répondit: C'est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent: Veux-tu que nous allions l'arracher ?
Non, dit-il, de peur qu'en arrachant l'ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé.
Laissez croître ensemble l'un et l'autre jusqu'à la moisson, et, à l'époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs: Arrachez d'abord l'ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier».

(Matthieu, Versets 13.24 à 13.30, Edition Louis Segond, 1910)

« Separar el grano de paja »

Malheureusement moi-même non hispanophone, c'est un site web qui me fait connaître l'expression:

Espagne
Proposé par santygaby
Separar el grano de paja Séparer le grain de la paille
Espagne (Catalogne)
Proposé par Arlette
Separar el gra de la palla Séparer le grain de la paille

http://www.expressio.fr/expressions/separer-le-bon-grain-de-l-ivraie.php

 

Mais pour autant, pour le lecteur francophone, La Paille et le grain demeure avant tout le titre du recueil des chroniques de François Mitterrand:

Cette chronique personnelle, où l'auteur exprime en toute liberté ce qui lui vient à l'esprit, s'étend de 1971 à l'été 1974. Certains textes ont paru dans le " bloc-notes " de l'Unité, hebdomadaire du Parti Socialiste ; d'autres sont inédits. François Mitterrand griffonne assez souvent des notes, par souci de fixer dans leur contexte une impression, un fait. […] Aux yeux de François Mitterrand, il n'existe pas de matière vile ou noble : chacune a son usage, et la "paille" vaut le "grain". Pour peu que le lecteur accepte, comme le chroniqueur l'y invite, de traverser les apparences, il rencontrera partout des sujets de réflexion.

(4ème de couverture)

Extraits:

Fran_ois_Mitterrand___La_Paille_et_le_grain« Ah, le bonheur utile des longues promenades où respirer est penser. Je marche dans la forêt. Je mesure le progrès des fougères qui, soudain déroulées, déploient leur tapis de haute verdure. Je sens mes pas épouser la souplesse du chemin. Le silence et l'espace me guérissent du mal des villes. J'ai coupé par les champs et les bois et atteint Alligny, au creux de la vallée, en moins de deux heures. La lumière dorée qui traversait en gloire le ciel noir couronnait de majesté le sommet des collines où la hêtraie résiste encore à l'agression des résineux.. La fatigue m'a planté plusieurs fois sur place, comme un arbre : les racines poussent vite à qui sait s'arrêter. Mais il fallait déjà rentrer.»

« J'ai choisi le titre La Paille et le Grain parce qu'il résume assez bien ce que je pense de mon ouvrage. Je ne classe pas la paille parmi les matières viles, tandis que le grain serait noble. À chacun son usage. »

François Mitterrand, La Paille et le grain.


Ne dénigrons pas la paille au profit du grain! Que chaque matériau trouve la place qui le mette en valeur... Et pour poursuivre la métaphore que chacun soit valorisé dans le milieu qui lui sied!